Rencontre avec... Bernard Leman - Projet La Maison-vélo

Et si les vélos reprenaient le pouvoir sur nos routes et dans nos modes de vie? Trop de voitures, trop de bruit, trop de pollution, trop de frais d’essence et d’entretien, trop de stress… Emportés dans notre course quotidienne à faire tout plus vite, dans le confort de nos autos, nous en avons oublié les bienfaits du vélo.
Bernard Leman, avec les membres d’un collectif pour le développement du vélo à Roubaix, imagine un lieu où on pourrait réinventer et relancer l’usage du vélo, un espace aux ressources multiples où chacun pourrait se procurer un vélo à un prix abordable et apprendre à s’en occuper soi-même.

B leman   Dsc2836bis

Comment est né votre intérêt et votre engagement pour le vélo ?
J’ai passé toute ma carrière comme éducateur et comme travailleur social. Dans les structures où j’ai eu l’occasion de travailler, (centres sociaux, structures de prévention…) à l’époque, des vélos étaient parfois achetés pour des projets ponctuels et puis laissés à l’abandon dans les réserves. J’ai commencé à les récupérer, à les réparer, et à les mettre à disposition aux uns et aux autres. Dans les années 90, on a créé le premier atelier à La Soli (boulevard de Belfort) pour pouvoir bricoler sur les vélos avec les jeunes. A Phalempin, dans le cadre de mon activité d’éducateur, j’ai pu, pendant quelques années, animer un atelier « vélo » dans le secteur formation du foyer. Je me suis servi du vélo comme d’un véritable outil d’insertion sociale, une façon pour moi d’entrer en relation avec les jeunes. Dans les ateliers, il y avait une confiance qui s’installait. C’était une occasion d’apprendre quelque chose de concret et sympathique, de se détendre et du coup de partager une certaine convivialité qui incitait à créer du lien et parfois à se confier.
 

Promouvoir le vélo à Roubaix et créer un lieu « multi-services » dédié au vélo
Je suis maintenant à la retraite. A Roubaix, un collectif informel s’est créé, composé de particuliers et d’acteurs associatifs d’horizons différents, pour mener ensemble des actions en faveur du vélo. Depuis quatre ans, des événements ponctuels se sont tenus : « fête du vélo », « Pari Roubaix à vélo », balades, projet « vélos de Noël », les « puces à vélos »… Actuellement, un atelier de réparation est ouvert tous les samedis, de 9h à 13h, à La Soli’ et les « puces à vélos » sont ouvertes le dernier samedi de chaque mois. Les vélos qu’on récupère sont remis en état de marche puis sont revendus environ 60 euros.

Ce qu’on aimerait aujourd’hui c’est trouver un lieu suffisamment grand, permanent, avec différents espaces fermés… pour créer une Maison –vélo qui permettrait à la fois de développer un garage avec un lieu de réparation, un lieu de stockage, un magasin de pièces détachées et, par ailleurs, qui pourrait constituer un espace culturel rassemblant livres, supports média, musée pour aborder l’histoire et aussi l’avenir qu’il représente.


Qui sont les bénévoles qui vous accompagnent aujourd’hui dans ce projet ?
Il y a ceux qui partagent le projet et réfléchissent à sa mise en œuvre, ceux qui contribuent à l’animation et l’organisation des événements sur le terrain et les « techniciens » qui réparent les vélos. On aimerait bien être un peu plus nombreux pour aider aux réparations… avis aux mécanos du vélo !


Pour vous, être bénévole c’est… ?
Donner son énergie au service d’un projet. Mon bénévolat ne s’est pas forcément inscrit dans une association. Nous travaillons depuis longtemps sur ce projet et c’est fin mars que l’association va voir le jour.
 

 

Pour s’informer et prendre contact :

Bernard Leman : lesvelosbernard@gmail.com, 06 83 77 64 77
Le Garage-Vélos, 06 42 69 66 51

Et tous les samedi : de 9h à 13h, au 106 Boulevard de Belfort,
à l’atelier de réparation.